Pêche miraculeuse

C’est le premier avril!

Je m’en excuse par avance : je n’ai pas de blague (à moins de considérer que Breaking Character en était une). En revanche, j’ai des poissons! En voici trois que j’ai pêché en plongeant ma canne dans l’eau trouble de la MiniLD#41 “Blood in the Water.

 

 

 

Senseless (Browser)
Hhm

 

Alors que pour ce premier avril Google nous a inventé le concept de Google Nose, Senseless lui aussi nous propose d’effectuer nos recherches via l’odorat, sauf que lui, il ne blague pas. Dans ce petit jeu minimaliste, il s’agira de guider notre poisson vers les zones colorées, mais dans les profondeurs, la lumière du jour s’éteint rapidement. On ne pourra alors plus se fier qu’à nos deux narines, ces petits points rouge qui s’intensifie lorsqu’ils se rapprochent de la cible. Rien de très novateur puisqu’on a déjà croisé bon nombre de ces jeux “à l’aveugle”, mais l’idée de mettre l’odorat en en scène et l’élégance des graphismes mérite qu’on y consacre quelques minutes.

 

Swarm (Browser)
Timtipgames

 

Après l’odorat, le goût, ou du moins…la bouffe. Cette fois, il s’agit de guider un banc de poissons vers les profondeurs, la difficulté, c’est que l’on ne contrôle pas les poissons…du moins pas directement. Tout ce que l’on peut faire, c’est les guider en déposant dans l’eau un peu de nourriture, et les pousser ainsi à collecter des bonus, ainsi que d’autres poissons colorés pour agrandir et enjoliver leur cortège. Attention toutefois aux requins et méduses desquels ces crétins de poissons ne se méfient pas du tout.

La force de Swarm, c’est que les poissons ne se contentent pas de se ruer vers la nourriture : il obéissent à des lois de banc qui nous échappent, les rendant encore plus stupides, vulnérables et attachants. Les contrôles se font alors proprement indirects (pas comme les contrôles indirect d’un point & click par exemple), ce qui rend l’expérience extrêmement intéressante.

 

 

Fishing Club (Windows)
Mason Lindroth

 

Au tour des yeux, enfin, avec un jeu aux graphismes que je trouve tout simplement fabuleux. Fishing Club est, je crois, l’histoire d’un club de pêche cherchant à faire une grosse prise (le léviathan). Je dis “je crois” car en réalité, Fishing Club ne semble pas chercher à nous raconter quoi que ce soit. Réalisé avec RPG Maker, il se contente de jeter sous nos yeux une poignée de personnages, de monstres et de décors au style inédit, et nous laisse nous dépatouiller avec ça. L’auteur le dit lui-même : Fishing Club n’avait pour but que de le familiariser avec le logiciel. Mais quand on voit ce que Mase a été capable de faire en quelques jours seulement, quand on voit l’univers étrange et décalé qu’il a été capable de créer, on ne peut qu’espérer qu’il se mette à une production de plus longue durée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *