Passing the Ball

Passing the Ball (Browser)
Gregory Weir

Cela fait longtemps que Gregory Weir ne nous avait pas gratifié du moindre petit jeu. L’attente valait le coup puisque voici Passing the Ball. Il ne s’agit pas cette fois d’un jeu purement poétique et narratif comme l’auteur nous y a habitué (The Majesty of Colors, Silent Conversation, Beneath the Waves…) mais d’un jeu « sérieux », c’est à dire à but didactique. Cela ne l’empêchera pas, comme vous pourrez le constater, d’avoir sa part de poésie.

Passing the Ball a été réalisé pour Web Wise Kids, une association visant à sensibiliser les parents et les enfants aux dangers véhiculés par les nouvelles technologies, et à leur apprendre, par le biais de ces même technologies, à les éviter. Je simplifie un peu, mais vous trouverez de plus amples informations sur leur site.

L’objectif de Passing the Ball est donc tout à la fois de sensibiliser à la puissance du média jeu vidéo tout en dispensant une belle leçon d’éducation.

 

On y incarne un père occupé à jouer à la balle avec son fils. Cette situation de départ pourrait faire penser à Gravitation de Jason Rorher mais les similitudes s’arrêtent là car rapidement, Passing the Ball évolue en tout autre chose. Des dangers commencent à se profiler à l’horizon, sous la forme de monstres sombres. Ceux là ne peuvent être éliminés qu’à coup de balle. En résulte deux manières de jouer :

La première consiste à protéger son fils des monstres s’approchant un peu trop près. C’est la mauvaise. Si la protection peut s’avérer efficace et le fils par conséquent demeurer indemne, cette méthode exclut la moindre progression de l’enfant comme du jeu.

La deuxième solution, bien plus intéressante, consiste à repousser les dangers tout en prenant le temps d’envoyer ponctuellement une balle à son fils. Ainsi, celui-ci apprendra peu à peu à lancer à a rattraper. Plus tard, il pourra tenter à son tour d’éliminer les monstres pourvu qu’on continue à le pourvoir en balles et bientôt, il deviendra assez autonome pour régler seul ses problèmes.

On retrouve donc illustré ici une simple application de « apprendre à pêcher plutôt que donner du poisson ». L’argument est convaincant et la rhétorique procédurale. Une démonstration efficace des leçons que peut véhiculer le jeu vidéo à travers ses propres mécanismes. Mais on peut faire de Passing the Ball d’autres lectures encore.

Passing the Ball met en scène un jeu dans le jeu, classique mise en abyme qui n’a rien d’anodine. Le père apprenant à l’enfant à se défendre par le jeu, on comprend que c’est notamment par le jeu vidéo que les parents peuvent sensibiliser leurs enfants aux menaces numérique. Justement un de chevaux de bataille de Web Wise Kids.

On pourrait également étendre la mise en abyme d’un cran : tandis que notre avatar forme son enfant au jeu de balle, Gregory Weir nous forme à son jeu vidéo. La progression de l’enfant s’opérant en même temps que la notre

C’est donc 3 leçons que dispense Passing the Ball

-Une leçon concrète : l’apprentissage des mécaniques du jeu

-Une leçon virtuelle : l’apprentissage du jeu de balle

-Une leçon plus universelle : l’apprentissage de l’apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *