Tiny Hack

Tiny Hack (Browser)
Rob Beschizza

 

Le RPG, le genre riche et long par excellence. On semble ne jamais s’arrêter d’acquérir de l’expérience et de gagner des niveaux, on enchaîne quête sur quête, on s’attarde dans des dialogues parfois interminables, on recommence avec un nouveau personnage… En 99, je me souviens d’avoir été, tout comme tous les autres joueurs, ahuri par la durée de vie de Baldur’s Gate. En 2011, j’entends dire que World of Warcraft ne débute vraiment qu’une fois atteint le niveau 80, soit le dernier…

 

Pas étonnant alors que par facétie, provocation, ou simplement expérimentation, de nombreux développeurs se soient amusés à réduire le genre à son plus strict minimum. Mais il n’y a pas qu’un seul strict minimum.

Ainsi, The Linear RPG s’attachait à toucher le strict minimum de l’interaction.

Glorg le strict minimum des commandes (1 bouton).

4 hour RPG le strict minimum de la taille de fenêtre.

Désormais, Tiny Hack représente le strict minimum des graphismes, jusqu’au prochain.

 

 

Je me demande d’ailleurs à quoi il pourra ressembler le prochain, car créer un RPG d’une résolution moindre que 9 pixels sur 9 ne me semble pas une tâche aisée. Ici, le pixel central représente le héros, les jaunes des artefacts à collecter, les brun et mauves de ennemis, les rouges des portes de donjons, les gris des interrupteurs, les blancs des portails, les bleu des sources de vie et les cyan des objets magiques, enfin, le pixel virant du vert au rouge en haut à gauche est votre « barre » de vie. Fiou…et il faut retenir tout ça ? Honnêtement, ce n’est pas bien difficile : Quand un pixel vous suit à la trace, c’est qu’il est méchant, sinon, c’est qu’il est bon pour vous. Le jeu, lui, en revanche est difficile, je ne suis pas encore parvenu au bout, mais compte rendu que les donjons ne sont pas aléatoire, je présume qu’il suffit de les nettoyer dans le bon ordre.

 

Le jeu en soit est amusant et original, mais pas autant que son emballage. En effet, ce qui à mon humble avis fait toute la force de Tiny Hack, c’est la boîte du jeu, Atari Style, qui est générée aléatoirement à chaque actualisation de la page. Ainsi, pour chaque partie de Tiny Hack s’affichera un nouveau titre, une nouvelle couverture, ainsi qu’un hilarant scénario. Un procédé très oulipien pour un jeu très oujevipien.

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. C’est drôle, y a quelques semaines de cela, j’avais bossé sur un zombie/rpg/survival avec le même type de graphismes et d’organisation des maps (d’ailleurs posté sur FolderWorld). Les gros pixels sont tout bonnement passionnants!

  2. Pnume

    Trop de minimalisme tue le minimalisme je trouve, mais ça reste bien fichu ce petit jeu.

  3. C’est vrai que le minimalisme est très à la mode en ce moment. Mais eh! Tant que tout n’a pas été entièrement exploré dans le domaine, je serais toujours content de découvrir d’autres jeux minimalistes.
    Quand il n’y aura plus rien à faire, je suppose que plus rien ne se fera. Ou alors, je n’en parlerais pas.

  4. Ah les RPG commencent à me plaire 😉
    Voir celui-là qui date d’il y a 30 ans où il n’y a personne à tuer.
    http://poietic-generator.net

    • je ne connaissais pas! Merci pour le lien! ça finira sans doute sur shakethatbutton.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *