A Good Wife

A good wife (Browser, Windows)
Allen

 

Longtemps le jeu-vidéo a été réservé à un public masculin, que dis-je, mâââle.

De gros gros fusils pour *BOUM* exploser de gros gros monstres, de belles voitures rouges pour *VRAOUM* aller très très vite, de la violence à outrance, de l’hémoglobine à en remplir des piscines olympiques, et parfois, cerise sur le gâteau aux cerises, une femme à la petite vertu et aux gros nibards pour *MMMMH BABY!* s’accorder un peu de bon temps.

 

Mais aujourd’hui c’est différent. Les grandes société du jeu-vidéo ont enfin compris l’enjeu d’attirer le public féminin à travers les thèmes qui lui sont chers. Les femmes peuvent désormais apprendre à danser le RnB pour aguicher leur conjoint, vêtir des chiots de jolis rubans ou monter des poneys arc-en-ciel.

La parité de la connerie est enfin respectée.

 

 

Flairant le filon, Allen a créé pour l’Experimental Gameplay Project d’Octobre (Boys and Girls) un jeu dans lequel la femme pourra aller au bout de ses aspirations. Faire la cuisine pour son mari, lui servir sa bière, laver son linge sale, tirer la chasse après lui, sans oublier de le gratifier de quelques amoureux baisers…Voici la gameuse enfin comblée.

 

Nul doute que les éminences grises du jeu-vidéo vont s’arracher A good wife, quitte à y laisser quelques millions de dollars. L’occasion d’enfin intéresser la ménagère de moins de cinquante ans est trop belle.

 

Mais rappelez-vous mesdemoiselles, mesdames : il y a toujours une porte de sortie. Voire deux, dans le cas d’A good wife.

Un commentaire sur “A Good Wife

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *